Le «glamping», camping en mode glamour – Le Temps

Classé dans : Revue de presse HPA | 0

Le «glamping», camping en mode glamour

Tipis, tentes suspendues, «pod houses», yourtes… Les alternatives au camping traditionnel conquièrent les amateurs. Une tendance nouvelle qui s’installe, au Tessin et ailleurs

Il est né il y a six ou sept ans, dans les pays anglophones et il connaît un énorme succès. C’est ce qu’affirme Renato Gazzola au sujet du glamping, un anglicisme et la contraction de glamour et camping. «C’est un mode de séjour plus raffiné que le camping traditionnel et désormais répandu dans toute la Suisse, explique le porte-parole pour la Suisse italienne du Touring Club Suisse (TCS) Camping, le plus vaste réseau de sites de camping du pays. Il peut consister en structures très diverses, comme des wagons de train, des yourtes, des roulottes de cirque, des tentes suspendues dans les airs…»

Au camping Melezza de Losone (TI), les 200 places disponibles n’accueillent plus seulement tentes et roulottes. A deux pas de la piscine, du bar et du terrain de jeu, pas très loin du fleuve qui court se jeter dans le lac Majeur se dressent une dizaine d’abris en bois aux formes arrondies. Ce sont les pod houses, littéralement, les maisons «cosse» (l’enveloppe d’une légumineuse) ou «nacelle» (petit bateau en bois, sans mât, ni voiles.)

pods mesurent environ 4 mètres sur 2, incluant la petite terrasse, assez spacieuse pour y placer deux chaises. A l’intérieur, après quatre ans d’utilisation, on sent encore l’odeur du bois. Un lit double occupe presque tout l’espace. Une petite table ronde meuble un coin. Une fenêtre grande comme une feuille A4, qui s’ouvre, est couverte d’un rideau. Et c’est tout. L’hiver, une petite chaufferette est disponible pour tenir les hôtes au chaud. L’électricité est disponible en tout temps.

Mignon et douillet

Pour une telle habitation – qui peut accueillir une personne ou un couple – il faut débourser 69 francs, en ce moment, 79 francs durant la saison haute. Propriétaire du camping, Manuela Pittet précise que les pods requièrent un traitement une fois par année et un peu plus de travail, de nettoyage notamment, mais que le jeu en vaut la chandelle. «Elles sont très populaires auprès de toutes les catégories de personnes, nous sommes très satisfaits de notre investissement.»

Dormir dans les arbres

La patronne du camping envisage maintenant de proposer à Losone des places en tentes suspendues (à un ou plusieurs arbres), qui connaissent un grand succès là où elles sont offertes. Dans le camping qu’elle gérait jusqu’à récemment, il y avait aussi des tipis, ces tentes de forme conique des Indiens d’Amérique, de 4 mètres de diamètre et pouvant héberger six personnes, «l’idéal pour les familles avec de petits enfants, ils sont très convoités». Mais les tipis doivent être situés au bon endroit. «Eloignés des plantes et dans une zone ensoleillée parce qu’ils supportent mal l’humidité.» Manuela Pittet est convaincue que ces nouvelles options feront partie du camping de demain. «Certains campeurs ne s’en passeraient plus.»

Pas forcément bon marché

Le glamping plaît aux familles et aux seniors, et à tous ceux qui n’ont plus envie de planter une tente, ou d’investir dans du matériel de camping ou une roulotte, soutient Renato Gazzola, du TCS. «Les clients n’ont rien à apporter avec eux, c’est un peu comme aller à l’hôtel, mais en pleine nature.» Cependant, le glamping n’est pas forcément bon marché. «Le prix se situe à mi-chemin entre un hôtel de bas de gamme et un établissement de catégorie moyenne», souligne le porte-parole.

En matière de camping, la Suisse italienne est très forte, rappelle notre interlocuteur. Le Tessin recense à lui seul un tiers des nuitées passées en Suisse. «Le sud des Alpes est très prisé par les Alémaniques et les Romands, rappelle Renato Gazzola. Nous disposons de nombreux terrains et d’infrastructures à l’avant-garde. Les campings prennent progressivement acte du glamping. Des telles offres sont désormais indispensables pour avancer dans ce secteur. La tendance n’est pas passagère, elle est là pour durer.»

 

Source : Le «glamping», camping en mode glamour – Le Temps