Ouvrir un camping : quelles options en franchise ?

Classé dans : Revue de presse HPA | 0

Ouvrir un camping : quelles options en franchise ?

Yelloh! Village, Camping Indigo, Flower Campings

 

Entre montée en gamme et nouvelles concurrences, le camping d’aujourd’hui attire de plus en plus les réseaux de franchise. Quelles sont les opportunités sur ce secteur porteur ? Quelques éléments de réponse dans ce dossier.

Ouvrir un campingAvec près de 50% des lits marchands en France et un tiers des établissements de camping en Europe, un chiffre d’affaires de 2,4 milliards d’euros en 2015 (soit une augmentation de 59% en 10 ans), et près de 37.000 emplois, l’hôtellerie de plein air française se porte bien ! Selon la Fédération Nationale de l’hôtellerie de plein air (FNHPA), « l’engagement quotidien des professionnels, ainsi que les efforts de l’ensemble du secteur de l’hôtellerie de plein air française pour offrir des vacances de qualité, accessibles à tous, continuent de porter leurs fruits : l’année 2015 s’est conclue par un nouveau record de fréquentation avec près de 113 millions de nuitées, soit une augmentation d’environ 3,5% par rapport à 2014 » et de 10% sur les 5 dernières années.

Une nécessaire montée en gamme

« Nous sommes très fiers du succès populaire du camping. C’est le fruit de la prise en compte des attentes des vacanciers, de l’amélioration qualitative de l’offre, du travail continu de structuration de la filière et des 6,6 milliards d’euros investis depuis 2000 » explique Guylhem Féraud, Président de la FNHPA dans un récent dossier de presse. Et de fait, en quelques décennies, le camping des origines a beaucoup changé. Désormais baptisé « hôtellerie de plein air », le camping d’aujourd’hui redouble d’efforts pour améliorer le confort d’accueil de ses clients.

Quelques chiffres permettent d’illustrer le confort apporté par les campings français :

  • Plus d’un camping sur deux propose aujourd’hui un accès WIFI (4 208 établissements)
  • 39% des campings donnent accès à un restaurant ou un service de restauration
  • 41,5% des campings offrent des services d’épicerie ou d’un point de ravitaillement
  • 8% des campings sont équipés d’un jacuzzi et 5,5% proposent un hammam

« Ce niveau d’équipement illustre la stratégie de montée en gamme portée depuis près de 25 ans par les gestionnaires de campings, afin de proposer une offre d’hébergement attractive et compétitive face à une concurrence qui tend à se renforcer » confirme la FNHPA, qui insiste : « L’exemple des piscines, symbole même des vacances en plein air, est particulièrement révélateur à cet égard : alors que 1369 établissements proposaient une piscine en 1990, ce chiffre est passé à 3746 en 2015, soit une hausse de près de 174% en 25 ans. »

Une concurrence de plus en plus tendue

Si le secteur du camping se porte plutôt bien, il n’empêche que tout n’est pas toujours tout rose. En effet, de nombreux établissements ont dû, par la force des choses, jeter l’éponge. « Millefeuille réglementaire, pression fiscale, émergence d’une concurrence déloyale : les professionnels se sentent pris à la gorge » atteste Guylhem Féraud. De fait,le nombre de campings en France ne cesse de diminuer et atteint aujourd’hui son plus bas niveau depuis 1995. « Les investissements, moteur du développement du secteur, ont de leur côté diminué de 20% entre 2012 et 2015. » A qui la faute ? A la crise économique, bien sûr, qui n’a fait que très peu évoluer les prix (20,95€ pour une nuit sur un emplacement nu en 2011, vs 21,01€ en 2015), mais aussi à la montée en puissance des offres alternatives portées par des plateformes de mise en relation entre particuliers, sans oublier les campings étrangers. Comme dans de nombreux autres secteurs, l’hôtellerie de plein air est également de plus en plus confrontée à la montée en puissance des centrales de réservation en ligne (également appelées OTA – Online Travel Agency) « ces plateformes tirent parti d’une position dominante de fait pour imposer aux campings des conditions commerciales désavantageuses. » Cette nouvelle concurrence jugée « déloyale » par la FNHPA démontre d’une certaine ubérisation des offres, à l’identique de ce qui se passe dans l’hôtellerie classique. Ceci est vigoureusement dénoncé par la FNHPA car en effet, dans le même temps, les campings français doivent faire face à une montée en puissance des normes et règles de tourisme, d’urbanisme, d’environnement, de sécurité, d’accessibilité, de restauration, de débit de boissons, d’entrepreneur de spectacle, d’information du consommateur… « Des grands établissements de bord de mer aux petits campings indépendants en zone rurale, tous alertent sur la multiplication des contraintes législatives et réglementaires : celles-ci complexifient la tâche des gestionnaires de camping et les éloignent de leur métier, basé sur l’accueil, le service et la proximité avec les vacanciers. » Cet empilement des règles et des normes s’accompagne pour les exploitants de campings d’un accroissement de la pression fiscale (double augmentation de TVA en 2012 et en 2014 faisant passer le taux de 5,5% à 10%, hausse sensible du montant de la taxe de séjour).

Une très large majorité d’indépendants

En 2016, si la profession regroupe une grande variété d’acteurs, la très grande majorité des sites est gérée par des indépendants. Cette suprématie des indépendants s’explique en grande partie par la taille souvent réduite des campings. En effet, selon les données de L’Officiel des terrains de camping, mars 2016, la capacité moyenne des campings français est de 111 emplacements. 2700 campings ont ainsi moins de 50 emplacements, soit près de 34% de l’ensemble des établissements. La superficie moyenne d’un camping en France est de 2,2 hectares, soit l’équivalent de 4 terrains de football. Au total en 2015, 1255 campings en France possédaient 4 ou 5 étoiles, soit 15,5% de l’ensemble des campings en France (soit 81 campings en plus par rapport à 2013). Ces campings représentent 32,5% des emplacements en France.

Et la franchise ? D’après les estimations exclusives de Xerfi, les chaînes de campings, à la tête d’à peine un établissement sur 10 en France, se partagent pourtant pas moins de 35% du chiffre d’affaires sectoriel. Et ces chaînes se développent de plus en plus, soit sous la forme de chaînes intégrées (Campéole, FranceLoc, Homair Vacances, Village Center, Vitalys, Siblu, Sandaya, etc.), soit sous la forme de chaînes de franchisés (Flower Campings, Camping Indigo, Kawan Villages, Yelloh ! Village, etc.), soit encore sous la forme de groupements et chaînes volontaires (Vacances André Trigano, Airotel, Les Castels, Aquaticamp, Sites et Paysages, Les pieds dans l’eau, Sunêlia, etc.). Ces derniers réseaux s’adressent essentiellement aux campings déjà créés sur un principe assez proche de l’affiliation.

Un avenir favorable pour les chaînes de camping

En janvier dernier, Xerfi publiait un point intéressant dans le cadre de son étude « L’hôtellerie de plein air en France et en régions – Pressions tarifaires, maturité de l’offre, succès du e-tourisme : quelles perspectives pour l’activité et les marges en 2015 ? » Que dit cette étude ? Essentiellement que la pression concurrentielle profite prioritairement aux exploitants rattachés à des groupes ou chaînes. Pourquoi ? Parce que ces derniers « bénéficient d’effets de taille, de synergies et des ressources financières de leur réseau. Preuve de ce succès, la progression du chiffre d’affaires de ces établissements entre 2010 et 2015 a été 1,6 fois plus rapide que celle des campings indépendants. Ils affichent également une rentabilité élevée, à son meilleur niveau depuis 2010 : avec un taux d’excédent brut d’exploitation (EBE/CA) moyen de 26,7% en 2015 (contre 22% pour les indépendants), ils continuent à faire la course en tête. » Selon l’avis des experts Xerfi, « le nombre d’emplacements exploités et l’effort en termes d’investissement déterminent le succès des modèles d’affaires puisqu’ils favorisent la modernisation et la montée en gamme de l’offre. » Cette montée en gamme est clairement au cœur de la problématique d’aujourd’hui dans ce secteur. En effet, les enseignes qui se positionnent sur le segment haut de gamme adoptent selon Xerfi «une stratégie gagnante, le taux d’occupation des campings 5* étant de 52%, contre seulement 25% pour les campings 1*. » Outre la montée en gamme, la déclinaison de concepts très originaux s’avère également une bonne idée pour capter l’intérêt de la clientèle. L’originalité peut venir des hébergements proposés (cabanes, yourtes, bulles transparentes…), de nouveaux services (crèches…) ou encore d’univers scénarisés. « Parallèlement, le secteur doit poursuivre sa digitalisation pour contrer les OTA. Rétablir des relations directes avec les clients est aujourd’hui une nécessité. Cela passe notamment par le développement de sites internet ou d’une présence plus massive sur les réseaux sociaux. »

Les réseaux de campings qui se développent en franchise

Flower Campings : Créé en 2006, Flower Campings est le 1er réseau de campings en France, totalisant plus de 130 établissements répartis dans tout l’hexagone (42% en bord de mer, 52% à la campagne, 6% en montagne. La marque a bâti son succès sur un positionnement simple et original, en phase avec les attentes actuelles des vacanciers français et internationaux : des campings à taille humaine (250 emplacements maximum), en pleine nature, où l’intimité et la convivialité remplacent l’anonymat des foules, et où les vacanciers sont invités à sortir de leur camping pour aller à la rencontre des richesses culturelles, sportives et culinaires de la région. Filiale du groupe Saur depuis 2009, le réseau regroupe sous une même marque des campings privés et publics. Les Flower Campings offrent une diversité de modes d’hébergements permettant à chaque vacancier de bénéficier du niveau de confort souhaité (de l’emplacement traditionnel à l’habitat toilé en passant par le mobil-home et le chalet). Chaque franchisé s’engage en signant la charte de qualité Flower pour une durée de contrat de 3 ans (droit d’entrée de 4500€ HT). Le réseau fait bénéficier à ses partenaires franchisés d’une campagne de communication à l’échelle européenne, d’une tarification adaptée, d’un fichier clients mutualisé, d’une centrale d’achats, de la formation de ses adhérents…

Yelloh ! Village : Apparu en 2001, le Groupe Yelloh! Village est composé de 74 campings villages dont 70 campings en France, 3 campings en Espagne et 1 camping au Portugal. Le groupe souhaite regrouper, à terme, une centaine de franchises haut de gamme (3*, 4* et 5*). L’offre Yelloh ! Village se décompose en deux segments distincts : les Yelloh! Village Club, pour des vacances intenses, où activités, soirées et bien-être auront toute leur place, et des Yelloh! Village Authentic, où l’accent est mis sur l’accueil, la relation humaine et l’environnement naturel, pour des vacances calmes, authentiques et pleines de charmes… Le montant de la franchise est de 5% du CA hébergement. Les campings adhérents de la Charte Qualité Yelloh! Village doivent être classés 3*, 4* ou 5*, disposer d’un espace aquatique naturel ou artificiel conséquent et gratuit, ouvrir tous les services du premier au dernier jour d’ouverture, mettre sur une base de données commune ses fichiers clients et adhérer à la politique de fidélisation client de la marque, proposer des hébergements de qualité, en enfin, avoir des bâtiments dont l’architecture reste en adéquation avec le patrimoine local. La priorité du groupe est de poursuivre son maillage sur les Bouches du Rhône, l’Aveyron, l’Auvergne, le Pas-de-Calais ou la Savoie.

Attrap’rêves : Premier réseau de nuits insolites bulles en France, Attrap’rêves se développe en franchise depuis 2012. Forte de 5 implantations, la marque décline un concept branché où les clients sont invités à dormir dans des bulles transparentes avec tout le confort d’une chambre d’hôtel. Chaque franchisé signe pour 5 ans. L’investissement global pour une création se situe entre 150 et 180.000€HT (droit d’entrée 10.000€).

Kawan Villages : Cette chaîne volontaire créée en 2006 par Kawan Group propose à ses adhérents de bénéficier de tous les avantages d’un groupe tout en restant indépendants. Créé sur le socle Camping Chèque / Holiday Chèque, ce groupement se déploie en France, en Espagne et en Italie. Les campings sélectionnés (au minimum des 3 étoiles) se distinguent par leurs tailles humaines. Ils doivent impérativement proposer des locations ainsi que des emplacements de camping. Chaque établissement bénéficie des outils de communication mis en place par le groupe (site internet et brochure 4 langues) et d’une centrale de réservation ouverte 6/7 jours (7 langues). Pour entrer dans cette chaîne, le candidat doit être membre de Camping Chèque et d’Holiday Chèque. La durée du contrat est annuelle, sans droit d’entrée. Une cotisation variable est demandée en fonction du nombre d’emplacements + une commission sur les réservations prises sur le site internet de la chaîne ou par la centrale de réservation.

Welcome Campings (anciennement Team Holiday Partners) : Ce regroupement de campings indépendants et à taille humaine (moins de 150 emplacements) est une chaîne volontaire qui propose de multiples services parmi lesquels un site web complet. Pour rejoindre Welcome Campings, les campings doivent s’acquitter d’une cotisation annuelle fixe ainsi que d’un variable en fonction du nombre d’emplacements disponibles dans leur camping et de leur type.

Tohapi : Née de la fusion des marques Village Center et Vacances Directes, la nouvelle marque Tohapi lancée par Vacalians Group regroupe le meilleur savoir-faire et l’expérience de ces 2 groupes, afin de proposer désormais une offre de plus de 200 campings en France et en Europe. Tous les campings Tohapi sont sélectionnés avec soin selon des critères stricts de qualité et de confort autour de 3 gammes (Gamme Privilège, Gamme Malin, Gamme Découverte). Vacalians Group détient un parc de 49 campings en propre, regroupant 24.800 emplacements dont 19.500 hébergements, et commercialise son offre dans des campings partenaires.

A noter : Camping Indigo, qui fait partie, comme la marque Huttopia, du groupe HuttopiaCie, s’est un temps développé en franchise à compter de 2006. Le groupe a ensuite décidé de faire machine arrière, et a stoppé depuis ses recrutements.

Dominique André-Chaigneau, Toute la Franchise ©

Source : Ouvrir un camping : quelles options en franchise ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *